L’iPhone en voyage

En préparant ce tour du monde nous avons essayé de nous restreindre pour limiter le poids et la taille des sacs, tout en nous accordant quelques petits extras pour notre confort. Nous avions un iPhone et nous nous sommes demandés s’il fallait l’emmener. Petit retour après deux mois de vadrouille.

Un classeur léger

Pour commencer nous consultons quelques documents utiles comme le détail de nos billets d’avion, des numéros divers, la notice complète de l’appareil photo : vive le pdf !

Un walkman

Ensuite évidement c’est un lecteur mp3 et c’est bien agréable : pour des fanas de musique comme nous, ça fait du bien de pouvoir écouter notre musique favorite dans les petits moments de blues. Les interminables trajets en bus deviennent plus supportables. Nous le branchons aussi sur l’autoradio de notre van de location.

Une console de jeux

Parfois pour passer le temps, un petit jeu peut être sympa. Nous nous défions à Flight Control, pas plus de cinq minutes la partie, ça change les idées ! Nous avons aussi fait d’énormes progrès en sudoku 🙂

Les emails et l’Internet

Nous sommes surpris par le nombre de bars et d’hôtels qui proposent un accès wifi : ça permet de relever nos mails, de faire quelques recherches sur Internet, pour le prix d’une bière.

Un téléphone international

Avec Skype installé, nous pouvons appeler la France gratuitement (dans une zone wifi bien sûr) avec une qualité de son correcte. Pas de vidéo, mais c’est déjà bien pratique !

Un éditeur de blog

N’allez pas croire que nous parvenons à une telle qualité d’écriture dans des cyber cafés miteux : nous avons pris l’habitude d’alimenter ce blog avec l’iPhone (ce passionant article est écrit entre un train indonésien, un bus bondé, et une plage déserte). Nous écrivons les articles en plusieurs fois dès que nous avons un peu de temps. Nous les envoyons ensuite par wifi via l’application JAM.

Le clavier « virtuel » de l’iPhone peut paraitre peu pratique, mais en comparaison des claviers qwerty (sans accents) que l’on trouve dans les cyber cafés, c’est du grand luxe ! Maintenant que nous avons pris ce rythme nous devrions avoir un blog plus vivant !

Un… téléphone

Nous avons même poussé l’iPhone dans ses derniers retranchements en lui insérant une carte SIM indonésienne puis australienne. Pour pas cher il nous permet de réserver des hôtels et garder le contact avec des compagnons de voyage. Pour cela nous avions demandé le deblocage du téléphone avant notre départ : c’est une procédure gratuite après 6 mois d’engagement chez tout operateur français : bon à savoir.

Un GPS de route

L’iPhone nous guide en Australie, solidement arrimé sur son dock en pot de fromage blanc (un système exclusif adapté à notre vieux van de location).

Et tout le reste…

L’iPhone nous reveille violement le matin. L’appli Skywalk, vraiment sympa, nous donne la carte du ciel pour être incollables sur les constellations. Nous avons aussi quelques films et séries à regarder, nous gardons ça comme joker pour plus tard. Et nous réfléchissons à acheter un lecteur de cartes SD pour trier nos photos, voire les envoyer directement sur internet : à suivre donc.

Pour résumer, nous sommes ravis d’avoir ce petit gadget à disposition, c’est encore bien plus utile qu’on ne pensait. Nous croisons énormément de voyageurs qui emportent un « notebook », ces tout petits ordinateurs portables. Il font un peu plus qu’un iPhone, certes. Mais pour une sacrée differenece de taille et de poids, pas de regret donc.
Un seul défaut : si on le perd ou si on nous le vole, il va nous manquer !!

Petit apparté

Petit apparté à l’attention des futurs voyageurs geek : pendant longtemps le GPS de notre iPhone ne fonctionnait pas (position bloquée sur Paris et message d’erreur si on veut une mise à jour de sa position). Après quelques recherches (sur Internet, grâce au wifi 😉 nous avons trouvé qu’il fallait faire une manipulation un peu tirée par les cheveux :
– trouver un accès wifi « connu » (c’est à dire localisé) ou activer les données cellulaires sur sa carte SiM si on en a une et si c’est possible (en Australie pas de pb, en Indonésie c’est une autre histoire)
– demander sa localisation et attendre jusqu’à 20 minutes si nécessaire
– normalement la position est trouvée et le GPS fonctionne correctement à partir de ce moment là. On peut désactiver les données sur son forfait ou quitter le Mac Donald’s qui offrait l’accès wifi.

L’explication c’est que l’iPhone utilise un GPS « assisté » qui demande sa position à des satellites « connus ». Ces satellites sont choisis en fonction de sa position « grosse maille » (ex : la France ou l’Indonésie). Cette information est récupérée soit par wifi soit par le réseau des données cellulaires. Tant qu’on ne fait pas cette procédure l’iPhone demande sa position précise en Indonésie à un satellite qui se trouve au dessus du ciel parisien, ça coince. Il faut donc refaire cette procédure après chaque vol un peu conséquent en avion. Ainsi l’iPhone s’adresse directement aux bons satellites « locaux ». Bizarre que cette procédure ne soit pas automatique ou mieux documentée…

Pour l’occasion, laissons le bandeau publicitaire qui s’ajoute par defaut :
Posted from my iPhone using J Admin Mobile!

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Avatar Pierre dit :

    Moi, j’ai un JPS (Je me Perds Souvent) et c’est super pour l’aventure hors des sentiers battus ou pour se prendre une chasse par madame…

  2. Avatar Olivier dit :

    [quote]JPS (Je me Perds Souvent)
    😆
    Nous aussi on prend souvent ca avec nous quand on randonne !!!

Laisser un commentaire