Les Pas-pareils : Chili

En randonnant dans le parc de Sajama, nous sommes techniquement repassés au Chili et qui sait, au milieu des cailloux et des flamands roses, nous aurions pu découvrir un « Pas-pareil Chili » ! Maintenant que c’est fait, il est temps d’en dresser la liste.

À table

Nous avons beaucoup oscillé entre l’Argentine et le Chili, ce qui nous a permis de remarquer quelques petites subtilités : en Argentine le pain est moins bon mais le fromage meilleur (comment faire pour avoir une bonne tartine ?). Pour le randonneur, le Chili est beaucoup plus accueillant car on y trouve des nouilles-minutes et une succulente pâte de coing qui, en Argentine, est remplacée par une pâte de patates douces saveur chimique.

Les poules, même élevées en plein air, pondent des œufs blancs (avec du jaune à l’intérieur quand même). En France, ça n’aurait pas beaucoup de succès car on penserait que les poules qui les ont pondus sont anémiées.

La confiture et le lait sont emballés dans des sacs en plastique. Il suffit juste de vider le contenu dans un pot. Ça évite les emballages excessifs.

À la maison

Lorsqu’on ne plante pas la tente, on loge dans des hôtels bon marché. En Argentine c’était plutôt des « backpakers », espèce d’auberges de jeunesse plutôt bien équipées mais souvent sans charme et en dortoirs. Au Chili nous avons surtout trouvé des hospedajes, c’est-à-dire des chambres d’hôte. On occupe juste une chambre dans une maison qu’on partage avec les propriétaires. Pour nous c’était souvent le synonyme d’une grande hospitalité et d’échanges intéressants. Mais évidement, il y a aussi le risque d’avoir l’impression de déranger. Par exemple à l’hospedaje Sanchez à Osorno, où la propriétaire était ultra-désagréable et profondément antipathique ! Le carton rouge d’Amérique du sud.

La météo est comme le pays : longue ! Quand vous habitez dans le sud, vous avez deux bonnes minutes avant d’arriver à votre ville, heureusement pour vous distraire, il y a toujours une musique d’ascenseur en fond.

Sur la route

Dans les gares de bus nous avons découvert des distributeurs à café très conviviaux : les hommes-café. D’après eux, c’est unique au monde !

Souvenez-vous, les bus argentins sont impressionnants. Mais les bus chiliens ont encore une spécificité : pour surveiller la vitesse maximale et la durée de conduite de chaque chauffeur, un système GPS envoie des infos à un central ! Un affichage permet aux passagers de voir en continu la vitesse actuelle du bus… et si le chauffeur dépasse les 100 km/h, une alarme sonne dans le bus.

Certains taxis sont collectifs (les « collectivos »). Ils ont un trajet prédéfini affiché sur le pare-brise et on peut les arrêter et se joindre aux passagers déjà présents. Quelque soit la distance parcourue, le prix est fixe. C’est un espèce de bus-voiture aux arrêts indéfinis…

Les panneaux qui affichent le nom des rues sont sur des poteaux, quasiment à chaque coin de rue et ils permettent aussi de savoir dans quel sens roulent les voitures. Un peu fourbe quand on conduit, car il n’y a pas de panneau sens interdit, mais hyper pratique pour les piétons !

Partout

En France déjà, l’approche de Noël est une période où nous essayons de limiter nos contacts avec le monde extérieur : pubs agressives, explosion de couleurs chatoyantes, hystérie collective, etc… Mais au Chili, il y a pire : le « fond musical ». Dans les supermarchés et les gares de bus, la musique diffusée (très fort) est EXCLUSIVEMENT constituée de chants de Noël. Les musiques rivalisent de kitcherie, mais les paroles ne varient qu’entre « Feliz Navidad » et « Merry Christmas ».

C’est un calvaire.

Et pour finir, à Noël, on mange du pain de… Pâques, sorte de pain d’épices avec des fruits secs et confits. Très bon !

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Sandra dit :

    Hi hi !!
    Prem’s
    Et c’est horrible, pour cette histoire de pain et fromage ? Comment choisir !! Le vin est bon des deux côtés au moins ?

  2. Danielle dit :

    Bien bien, je retiens :
    1°) Eviter à tout prix de fréquenter l’hospedaje Sanchez à Osorno
    2°) Ne pas aller au Chili à Noël

    Quant aux oeufs blancs, les Allemands et les Autrichiens ne doivent pas être dépaysés de ce point de vue. Chez eux, les coquilles sont blanches la grande majorité du temps.
    Randopéruvez bien !

  3. J’adore l’idée de la signalisation pensée plus pour les piétons que les voitures.

    La « kitcherie » sera le mot du jour pour moi !

    J’avais entendu parler de cette utlisation du sac en plastique pour un peu tout dans d’autres pays comme la Chine où la bière est versée au litre dans des sacs plastique chez le marchand. Mais bon, sac ou contenant en verre ou plastique même recyclable, je pense qu’aucun ne soit très écologique. Personnellement j’aimerai bien donner ma gamelle à remplir chez le traiteur le midi, mais c’est tellement peu dans les moeurs en France… voir même interdit par la loi sous prétexte de respect de l’hygiène!

  4. Gaelle dit :

    ben ici aussi c’est l’horreur pendant Noel. En fait ca commence a la radio le lendemain de Thanksgiving donc cette annee le 27 novembre….yeah!

Laisser un commentaire