Les Pas-pareils : Argentine

En Amérique du sud, difficile de savoir quand il est l’heure de publier un « pas pareil » : pas d’avion qui décolle et des frontières qu’on franchit sans fin !
Mais cette fois, c’est (presque) sûr : finie l’Argentine. Ce qui veut dire… pas-pareil Argentine !

Transports

Les bus, ah les bus ! C’est ici LE moyen de transport. Les trains n’existent pas et les distances sont pourtant énormes. On fait donc parfois plus de 20 heures dans un bus argentin, mais… ils sont top !

La grande majorité a des toilettes (pour pipi seulement), un distributeur d’eau chaude, une ceinture de sécurité et on peut incliner son siège. Et dès qu’on fait un trajet de plus de deux heures, les sièges sont bien larges et moelleux, on a droit au repose-pieds et aux écrans de télé ! Et là, c’est la porte ouverte à une panoplie de bons films d’action ou au contraire « romantiques ». Sur certains trajets on vous sert à manger (niveau sandwich SNCF, en pire) et sur notre plus long trajet en « cama », équivalent de la « première », nous avons même eu droit… à une coupe de Champagne -en plastique !
Nous avons même vu des bus avec wifi, consoles de jeu et lecteurs DVD individuels !

 

Pour tout trajet on a droit à un billet personnalisé, à son nom.

Ou presque.

 

Olivier adore observer les voitures. En Amérique Latine il a donc remarqué que :

 

  • les marques européennes et en particulier françaises sont bien représentées alors qu’en Asie et Océanie elles sont quasi-inexistantes. On voit beaucoup de Renault et Peugeot… jeunes ou moins jeunes !
  • il faut savoir qu’en dehors de l’Europe, une voiture ne s’envisage quasiment « qu’avec coffre », c’est-à-dire avec quelque chose qui dépasse derrière le hayon. Les constructeurs européens s’adaptent donc et on font des modèles spécifiques, disponibles partout… sauf en Europe ! Par exemple en Argentine, on voit beaucoup de Clio à coffre, de 206 à coffre, etc.
  • ici la Logan est une Renault ! La marque Dacia n’existe pas et il n’y donc pas de « Dacia Logan by Renault » (nom assez ridicule d’ailleurs, non ?).

Dans la gare de bus de Buenos Aires on peut regarder les chaînes de télé. Mais pour ça, il faut mettre une pièce dans un des écrans installés face aux fauteuils !

Hébergement

Les prises électriques sont assez atypiques. Visiblement la prise « standard » a trois fiches obliques, mais l’immense majorité des prises est relativement universelle puisqu’on peut aussi y brancher nos appareils européens : pratique !

Il y a deux choses qui nous ont perturbés au quotidien : les serrures et les robinets.
Les clés ont des dents des deux côtés et les serrures sont symétriques. Oui, mais il faut bien insérer la clé dans le bon sens quand même et il n’y a aucun moyen de savoir à l’avance dans quel sens l’insérer. Évidement avec 50% de chance de se tromper, ça arrive souvent !

Pour ce qui concerne les robinets, ce n’est jamais du même côté qu’on trouve l’eau chaude (et pas forcément du côté rouge !). Ça encore, ça passe. Mais ce qui est vraiment… bête, c’est que les poignées des robinets sont quasi-lisses. Une goutte de savon sur les mains et c’est la glissade garantie. Impossible de se rincer !

Épicerie

Dans les rayons des supermarchés, il y a beaucoup de yaourts mais pas un sans parfum, couleur et sucre bien sûr !

Pour la gestion des bouteilles en verre, les Argentins sont bien plus intelligents que nous car les bouteilles sont consignées ! Deux options :

 

  1. Quand on achète une bouteille de bière (ça ne fonctionne pas pour le vin), on paye en plus le contenant. La bouteille une fois vide appartient à son acheteur et peut être échangée contre une bouteille pleine. Au final, on ne paye que la bière à l’intérieur !
  2. La bouteille en verre est payée à l’achat puis remboursée sous réserve de présenter le ticket de caisse.

Un gros inconvénient quand même pour les voyageurs : il faut garder une bouteille vide dans le sac à dos !

Les « containers » à poubelle consistent en des paniers qui évitent surtout aux sacs d’être éventrés par les chats et chiens qui ne manquent pas dans les rues. Un détail, ils sont assez petits, comme si les Argentins produisaient moins de déchets que nous !

Ici, tout le monde n’arrête pas de maté ! Dés le petit matin, les Argentins préparent leur boisson préférée et la consomment toute la journée. On voit donc beaucoup de personnes avec bombilla (la paille) à la bouche, la calebasse à la main et la gourde isotherme dans le sac. Pour pouvoir recharger partout, il y a des distributeurs d’eau bouillante dans la rue !

Eau de toilettes

Et bien sûr… les toilettes !

Ici attention, on ne jette pas le papier dans le trou trou, car ça blo-bloque ! On le jette à la poubelle (sans sac). Ce n’est pas toujours très pratique…

Autre solution : le super bidet ! (au début on ne comprenait pas bien ce qui traînait au fond du bidet : la première fois on a cru que quelqu’un y avait oublié une boule à thé !)

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Sandra dit :

    Les bus sont d’enfer ! J’ai une question dans les bus les toilettes ont des bidets ? Et le sandwich sncf bus est-il à une imitation de rosette de Lyon ?
    Olivier as-tu croisé une mégane de ta connaissance ?
    A quand la bouteille pleine contre la bouteille vide en France ?!Pour ma part j’ai toujours ma thermos de café dans le sac…alors je ne vois pas le pas pareil !
    Des toilettes toujours des toilettes !
    Merci de nous dépayser !!
    Bisous Calini et Oliver !

  2. [quote]difficile de savoir quand il est l’heure de publier un « pas pareil »

    De notre côté en tout cas, y’a pas d’heure pour les « pas pareil », c’est simple, là j’allais me coucher au moment où j’ai vu le billet, je n’ai pas resisté !

    Il est trop mignon ton nouveau nom « Furni Calini » !

    Cette histoire de clé à double panneton (c’est wikipedia qui le dit) m’intrigue.

    Les ceintures de sécurité dans les bus ont peut-être plus de raison d’être en Argentine qu’ailleurs ? En tout cas je trouve que c’est une bonne idée.

    Bisous les trekkers !

  3. Danielle dit :

    Hello Calini et Oliver !
    J’ai vraiment ri de bon coeur devant les billets de bus !
    J’aime beaucoup les clés à double panneton, mais avec un sens d’introduction tout de même. Et les toilettes avec leurs consignes d’utilisation bien particulières.
    Tout cela a un côté très poétique et farfelu !
    En tout cas, l’idée des « pas pareils » est une excellente idée, réjouissante pour les lecteurs.

  4. Danielle dit :

    Petite précision : en Allemagne et Autriche on trouve des bidets du genre de celui que vous avez photographié, ils sont même très courants. Ils ont peut-être été « importés » après 1945 ?
    La calebasse à maté et sa « paille » sont très belles. Quel est le métal dont elles sont faites, si vous le savez ?
    A bientôt pour des aventures boliviennes.

  5. Marie Claire dit :

    furni calini, hi hi hi, trop mimi 😉

  6. Cécile dit :

    finalement les japonais n’ont rien inventé pour les toilettes !!!

  7. Virgile dit :

    Quand je vivais en Italie j’avais le même genre de clé…du coup je ne comprenais pas le « pas pareil ». Mais j’ai l’impression que ça n’existe pas en France.

  8. Olivier dit :

    Ah… les pas-pareils…
    On s’applique de plus en plus : il semble que cette rubrique ait un certain succès, ça fait plaisir 🙂

    Encore au moins 3 pays à decortiquer, rendez-vous bientôt pour le Chili !!!

Laisser un commentaire