Des manchots dans un bras de mer

Bon c’est vrai que c’est pas facile… Déjà parce que la plupart du temps, tout le monde se trompe ! Et puis l’académie des sciences française a décidé de faire différemment des autres pays… Donc, dans l’hémisphère nord, il y a des pingouins qui volent. Et dans l’hémisphère sud, il y a des manchots (penguins en anglais !) qui ne volent pas.
Nous sommes allés guetter le retour de ces petits oiseaux qui rentrent le soir à la plage de Sandfly Bay, sur la péninsule d’Otago.

Dans la plage aux lions

Les premiers habitants de la plage que nous croisons sont les gros et paresseux lions de mer. Ils sont allongés sur la plage sans bouger et profitent du soleil.

Quelques-uns sont encore dans l’eau et nous avons le plaisir d’assister à leur marche quand ils reviennent sur la plage : cinq à six pas sur les nageoires avant un effondrement complet telle une grosse saucisse, trois minutes de repos et ainsi de suite jusqu’au site de repos final.

Aux antipodes

Ensuite, direction l’abri d’observation des manchots antipodes : ces petits oiseaux sont en voie de disparition et il ne faut donc pas les déranger. En ce moment, ils couvent et si on perturbe celui qui rapporte à manger, il ne pourra pas rejoindre et alimenter celui qui s’occupe de l’oeuf. Les deux parents se relaient tous les trois jours dans les rôles de couveur / pêcheur.

Nous restons à l’affût du retour des pêcheurs pendant une bonne heure, croyant regulièrement deviner leur silouhette dans les vagues. Quand enfin, un manchot glisse sur une vague et s’échoue sur le sable ! Il est assez loin, mais les jumelles nous permettent de bien voir ses yeux cerclés de jaunes. Il se met en route pour le sommet d’une falaise 50 mètres plus haut. Il sautille de rocher en rocher puis, exténué, s’arrête en route. C’est un spectacle réjouissant !

Un second manchot arrive et rattrappe le premier, ce qui le stimule un peu puis ils s’arrêtent tous les deux… Après une bonne heure passée à les observer, nous leur souhaitons bonne chance pour l’ascension et les quittons.

Tels les Poilus

Le lendemain, nous décidons d’aller en voir de plus près. Mais pas de miracle… il faut aller dans un site amménagé astucieusement avec des tranchées.

Accompagnés d’un guide qui veille au silence, nous nous approchons très près des nids où les manchots sont en train de couver. C’est vraiment étrange car on dirait qu’ils sont recouverts d’écailles.

Plus en bordure de mer, nous apercevons d’autres manchots qui couvent, les manchots pygmés. Ils ont vraiment des reflets bleutés !

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Danielle dit :

    Ca y est, nous avons changé de continent !
    je me suis très vite remise des fatigues du voyage de Nouvelle-Zélande vers l’Argentine…
    J’aime beaucoup toutes ces photos de paysages et d’animaux marins, et les photos sur lesquelles on vous voit avec un lion de mer.
    A quand les orques, puisque leur menu favori vit dans ces contrées ?
    Merci encore pour toutes ces informations, ces photos, que l’on guette avec impatience.

  2. Danielle dit :

    Hé hé !
    Je n’en dirai pas plus, certain(e)s comprendront !

  3. Sandra dit :

    Oui on comprend !!
    Mais bon !! Il y en a qui ont le temps….
    Enfin ça fait plaisir de retrouver un joli petit article…Avec un vrai titre à la entre lacets….
    Bravo !!

Laisser un commentaire